travailleur handicapé : toutes les solutions pour trouver un emploi

Travailleur handicapé : annonces, candidatures spontanées, CV en ligne, rencontres avec les recruteurs : autant de moyens pour trouver un emploi dans le privé. Si besoin, faites-vous accompagner.

 

Travailleur handicapé, scrutez les annonces !

En vertu du principe de non-discrimination, les postes doivent être ouverts à tous, sauf inaptitude médicalement constatée. EN conséquence, les offres d'emploi réservées aux personnes handicapées sont interdites (sauf dans les fonctions publiques, voir l'article : comment trouver un emploi handicap dans la fonction public. Vous avez donc intérêt à consulter le Pôle-Emploi ou les sites internet généralistes offrant le plus large éventail (nous par exemple : explorajob pour faire de la candidature spontanée ciblée :-) )

travailleur-handicape

Ne négligez pas pour autant Cap emploi et les sites spécialisés : hanploi.com, emploi.handicap.fr, missionhandicap.com, le sites des APF... Vous y trouverez des annonces présentes, pour la plupart, sur les sites généralistes, certes... Mais si les employeurs ont pris l'initiative de les diffuser également sur les sites dédiés, c'est qu'ils prêtent une attention particulière aux candidats en situation de handicap. Voire même qu'ils pourraient privilégier un travailleur handicapé à compétences égales, en vertu du principe de discrimination positive...

 

Certains sites généralistes ont d'ailleurs un espace handicap dans lequel apparaissent des offres, ouvertes à tous, mais que les employeurs ont choisi de faire apparaître dans cet espace consacré.

Les Candidatures spontanées sont aussi pour les travailleurs RQTH

Ciblez les entreprises ayant une politique affirmée d'intégration des salariés handicapés. Vous trouverez les coordonnées de leur "missions handicaps" sur certains site comme hanploi.com ou handicap.monster.fr, etc.

travailleur handicapéMais vous êtes prêt à souligner que vous êtes en situation de handicap, avec une RQTH par exemple, visez également des petites et moyennes entreprises, des PME. Certes, elles ont moins de besoins de recrutement que les grands groupes mais elles peuvent apprécier la candidature spontanée d'un travailleur handicapé ayant les compétences requises. Une opportunité à saisir pour remplir leur obligation d'emploi de 6% de travailleurs handicapés parmi leur effectif temps plein pour les entreprises de plus de 20 salariés.

 

Sur le sujet des candidature spontanée, notre site explorajob est un véritable expert de la matière et peut transmettre votre CV à des dizaines de PME et de grands-groupes en quelques clics, en fonction de vos critères de recherche d'emploi. Il faut préciser "travailleur handicapé" ou "RQTH" à la suite de votre métier précis dans cette case du moteur de recherche.

Mettre son CV en ligne n'est pas réservé qu'aux personnes non handicapés !

Quasiment tous les sites donnent la possibilité d'ajouter votre curriculum vitae à leur CVthèque. Publier son CV en ligne est un bon moyen de se faire repérer, parfois chasser, et d'obtenir des entretien d'embauche sans action pro-active de votre part. Ca marche aussi pour les candidats handicapés !

Rencontrez des recruteurs, la meilleur méthode de recherche d'emploi pour un travailleur handicapé

Les forums, les salons, les journées de recrutement et autres manifestations autour de l'emploi, spécialisés ou généralistes, offrent l'occasion d'avoir un premier contact direct avec des employeurs en quête de candidats. Consulter l'agenda sur le site régional de votre Pôle-Emploi et sur certains sites d'annonces.

Faites-vous accompagner

travailleur rqthCap emploi et Pôle-Emploi peuvent prescrire une session de coaching / remobilisation, financée par l'Agefiph. A défaut, des cabinets-conseils proposent des prestations d'accompagnement à votre charge (de moins de cent euros à quelques centaines d'euros)

Ce qu'il faut retenir :

L’un des points d’entrée pour trouver un emploi peut êtrela Maison départementale des personnes handicapées (www.mdph.fr) de son département de résidence.

 

Créées dans le cadre de la loi du 11 février 2005, les MDPH ont une mission d’accueil, d’information, d’accompagnement et de conseil des personnes handicapées et de leur famille.

 

Au sein de la MDPH, c’est la Commissions des droits et de l’autonomie des personnes handicapées (CDAPH) qui, en collaboration avec l’équipe pluridisciplinaire, prend les décisions relatives aux droits de la personne handicapée, notamment en matière de prestations et d’orientation.

 

Une personne handicapée peut accéder aux entreprises classiques, qu’elles soient ou non soumises à l’obligation d’emploi des travailleurs handicapés, aux entreprises adaptées ou aux centres de distribution de travail à domicile, à la fonction publique (État, Fonction publique territoriale, Fonction publique hospitalière), ou encore aux établissements ou services d’aide par le travail (ex-CAT).

 

C’est ensuite les acteurs du service public de l’emploi (Pôle-emploi, AFPA) et les partenaires associés tels que Cap Emploi qui assurent l’accompagnement vers l’emploi de la personne et la mise en œuvre du parcours vers l’emploi des travailleurs handicapés.

 

On peut aussi s’orienter vers le réseau national Cap emploi (www.capemploi.net) composé de 118 organismes, définis par cette même loi du 11 février 2005, comme des O.P.S , c’est à dire des « Organismes de Placement Spécialisés ».

 

Dans le cadre d’une compétence départementale au sein d’un réseau national, chaque Cap emploi assure une mission de service public en complément de l’action de Pôle Emploi et son objectif est de favoriser l’embauche des personnes handicapées dans les entreprises, privées ou publiques.

 

Les personnes handicapées ont accès aux offres diffusées par les différents collecteurs généralistes, celles de Pôle emploi et de l’APEC (Agence pour l’emploi des cadres) notamment, dès lors que leur handicap le permet.

 

Aucun métier n’est réservé ou interdit aux personnes en situation de handicap

Trouver un emploi quand on est en situation de handicap nécessite d’avoir fait le point sur ses besoins.

Comment un candidat doit-il cibler les offres adaptées à son handicap ?

Avant de lancer sa recherche, le postulant doit bien se connaître et estimer les compensations dont il peut avoir besoin. Le candidat à l’emploi peut prendre pour exemple le dernier poste qu’il a occupé et les éventuels aménagements qui ont été nécessaires. Il doit se demander également s’ils sont toujours suffisants par rapport à l’évolution éventuelle de sa pathologie ou de sa situation.

 

Ensuite, il faut savoir qu’aucun métier n’est réservé ou interdit aux personnes handicapées. L’entreprise recherche avant tout des compétences et la question de la compensation du handicap se posera dans un second temps. Il ne faut donc pas filtrer sa recherche en fonction de ce qu’on estime être un métier adapté à son handicap. Il est important de ne pas se mettre des freins dès le départ. Les questions essentielles à se poser sont : quel métier ai-je envie de faire et qu’est-ce que je sais faire ?

 

Bien sûr, il faudra dans le même temps avoir une vision objective de ses besoins en termes d’aménagements de poste. Il n’est pas recommandé, par exemple, de postuler à un métier qui exige de porter de lourdes charges si l’on a des problèmes de dos. Au-delà du fait de décrocher un emploi, il s’agit aussi de le garder et de pérenniser une situation professionnelle. Il faut donc pouvoir être en capacité de dire ce dont on a besoin.

 

Le candidat doit-il mentionner son handicap lorsqu’il répond à une offre ?

Si le postulant cible une entreprise qui est sensibilisée au recrutement de personnes en situation de handicap, on peut le vérifier généralement sur leur site Internet, cela peut être souhaitable. Le candidat pourra alors préciser dans sa lettre de motivation ou son CV qu’il possède la reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé (RQTH).

 

Autrement, cela dépendra des postulants. Si le handicap nécessite des aménagements pour passer l’entretien, comme c’est le cas pour les personnes en fauteuil roulant, il est nécessaire d’en parler dans sa candidature.

 

De même, une personne sourde pourra préciser qu’elle est joignable uniquement par SMS pour faciliter la prise de contact avec le recruteur. Si le handicap n’est pas visible ou les besoins peu importants, on peut choisir de ne rien dire dans sa réponse à l’offre de poste. Il n’y a d’ailleurs aucune obligation à le faire car la loi protège la vie privée. Le handicap n’est qu’une caractéristique d’une personne. Ce qu’il faut mettre en avant, ce sont les compétences et son savoir être.

 
trouver un emploi

Comment le travailleur handicapé doit-il évoquer le sujet lors d’un entretien ?

Tout d’abord, il n’y a aucune obligation d’aborder la question avec le recruteur. C’est au cas par cas, selon le candidat. Tout dépend si ce dernier se sent en confiance face au recruteur et de son niveau d’acceptation de la situation. Quand il est capable de parler de son handicap, il peut être souhaitable de le mentionner en fin d’entretien, une fois que le recruteur a validé les compétences.

 

Le postulant peut tout simplement dire qu’il bénéficiait de tel ou tel aménagement dans son précédent poste. Il peut avoir besoin d’un fauteuil adapté, d’un logiciel spécial, de pouvoir alterner la position debout/assis, des temps de pause réguliers ou des heures de repas spécifiques, par exemple. En parler permet au candidat de montrer qu’il maîtrise son handicap et qu’il est capable de travailler avec. Attention, le recruteur ne peut pas demander au postulant pendant l’entretien quel coût il aura à supporter pour l’embaucher.

 

D’autant que si le poste demande des aménagements, les éventuels frais seront pris en charge par des organismes comme l’association de gestion du fonds pour l’insertion des personnes handicapées (Agefiph).

 

Le recruteur peut-il poser des questions sur la nature du handicap du candidat rqth ?

Non, il ne peut pas demander de précisions sur le sujet pendant l’entretien. De toute façon, cela ne va pas lui servir à grand chose car ce qui est important, c’est avant tout de connaître les aménagements ou les conséquences du handicap dans l’emploi. Le recruteur peut en revanche poser des questions sur l’organisation du travail du précédent poste du candidat.

 

L’idée, c’est d’accompagner la personne sur une pérennisation de poste et de faire en sorte qu’elle puisse travailler au même titre que les autres salariés de l’entreprise. Ce qui compte pendant le face à face avec le recruteur, c’est d’être le plus vrai possible. Il faut le rassurer car il a souvent peur de faire le mauvais choix quand il embauche quelqu’un. De manière générale, chacun fera son cheminement avec sa propre histoire et culture.

 

Dans tous les cas, il ne faut rien s’interdire et ne pas se dire qu’on ne peut pas y arriver. Aujourd’hui, on trouve des personnes handicapées dans tous les secteurs, il y a même des chirurgiens en fauteuil. Et le candidat qui n’aurait pas parlé de son handicap pendant l’entretien pourra toujours le faire une fois en poste en se tournant vers la médecine du travail ou son employeur.

  
Share this Post: