Pôle-Emploi dépendant ? 10 réponses pour trouver un job...

Si vous aussi, vous vous posez la question :  " pourquoi suis-je toujours au chômage et inscrit à Pôle-Emploi ?" alors cet article est pour vous...  De nombreuses raisons, cumulées ou non, peuvent expliquer que votre inscription à Pôle-Emploi soit toujours d'actualité. Petit tour d'horizon :

Pôle-Emploi, merci c'est fini !

Vous cherchez des solutions pour trouver un emploi ? Vous obtenez des entretiens mais ne vous retrouvez jamais en short-list ? ou vous n'êtes jamais retenu après le premier entretien ? Vois quelques réponses pour vous aider à passer ce cap !

17 réponses pour ne plus être inscrit à Pôle-Emploi

1 – Travaillez-vous assez votre réseau ?

35% des postes sont aujourd'hui trouvé à partir de réseau professionnel. Si vous candidatez sur des sites emploi d'entreprise et de jobboards, si vous comptez sur les recruteurs pour vous trouver dans une CVthèque ou si vous répondez à des annonces emploi, alors, contrairement à ce que vous pensez, vous n’en faites pas assez ! Et même avec le CV le plus beau du monde, vous n'y arriverez pas... Travaillez votre réseau (vos amis, votre famille, les commerçants autour de chez vous, vos anciens copains de promo, vos anciens collègues de travail, les personnes que vous côtoyez à la sortie de l'école des enfants, etc.) et pensez aussi à la candidature spontanée (dont nous sommes spécialiste) car elle représente 25% des emplois pourvus d'après toutes les études du Pôle-Emploi et de la DARES.

 

Vous pourrez alors réagir ainsi :

Pôle-Emploi

2 – Adoptez-vous la bonne posture

Certaines positions peuvent envoyer des signaux négatifs à votre interlocuteur. Ainsi, votre nervosité peut se ressentir dans une attitude corporelle. Il se peut que vous passiez pour arrogant ou pour quelqu’un qui n’a pas l’attitude adéquate. Avec une attitude passive et négative, l’entretien tourne vite court.

Exemple : les balancements incessants d'un candidat sur sa chaise, un stylo utilisé comme un bâton de majorette et tout un ensemble de gestes parasites au cours de l'entretien d'embauchesont autant d'indications néfastes qui amenuisent votre employabilité. Toutes ces gesticulations sont très mauvaises car elles perturbent le message que l'on essaie de faire passer.

 

Calez votre posture sur le message que vous souhaitez faire passer : rigueur, calme, organisation, dynamisme... Passez en revue ce qu'il faut faire et les postures à bannir.

Vous vous demandez quelle est la posture idéale ? Aller, nous sommes sympa chez Explorajob, et nous vous expliquons tout :

Tenez-vous droit, confortablement installé au fond de votre siège mais sans vous appuyer sur votre dossier. Vous devrez conserver une posture ouverte avec les pieds bien ancrés au sol tout au long de l'entretien. Vous pouvez bien sûr changer de position au cours de l'entretien, mais en évitant de gesticuler !

 

Tout en gardant votre naturel, sachez contrôler des gestes ou attitudes qui pourraient vous trahir. Saisissez un crayon si vous en ressentez le besoin mais évitez de les manipuler nerveusement. Pour supprimer tous gestes parasites qui trahissent votre stress, vous devez favorisez ceux qui servent d'accompagnement au discours et qui démontrent une implication dans la conversation, une projection dans le poste proposé. Utilisez toutefois ce type de geste avec parcimonie, l'attention de votre interlocuteur doit rester focalisée sur ce que votre élocution, vos mots et non sur vos gestes et le non-verbal.

 

Enfin, regardez le recruteur lorsqu'il vous parle pour montrer votre intérêt et détournez le regard de temps en temps, par exemple lorsque vous réfléchissez.

 

3 – Êtes-vous assez performant en entretien ?

Un recruteur racontait à Pôle-Emploi qu'il avait reçu en entretien plusieurs personnes pour un poste d’assistant. Bien que ce poste ne soit pas d’un niveau très élevé, il était surpris et choqué de voir le peu d’intérêt dont les candidats et candidates faisait preuve pour l’emploi et même pour la société en général. Mâchant du chewing gum, mal habillées, discutant, donnant des leçons…

 

Contrairement à ce que vous pensez, ce type de comportement est relativement fréquent, surtout parmi la jeune génération Z.

4 – La colère, le côté obscur de la Force vous attire ?

Votre colère ne touchera pas votre ancien employeur ou le collègue antipathique qui vous a réussi à vous faire virer. Votre colère peut vous tuer physiquement, mais aussi anéantir votre carrière. Dépassez ce stade !

 

Honnêtement, si vous avez été licencié, soit vous l’avez mérité, soit vous devez porter l'affaire aux prud'hommes. C'est l'un ou l'autre, il n'y a pas de place pour la colère. Si le licenciement était économique vous ne devez pas le prendre personnellement, c’est une décision d’entreprise, sans doute liée au management et aux décisions de votre employeur, mais la colère ne résoudra pas votre situation. Dans tous les cas, vous devez supprimer votre colère avant de postuler car elle se lira sur votre visage, et dans votre discours lorsqu'un employeur vous interrogera sur votre ancien employeur.

 

Et si vous avez un bon profil, que le recruteur sait qu'il devrait vous embaucher, mais que vous êtes encore rempli de haine envers votre ex-employeur, voilà ce qu'il se dira, sans vous l'exprimer :

pole emploi

5 – Un piercing relativement visible perturbe le recruteur ?

Supprimez tout piercing de votre visage. La présence de ce type d'accessoire déplaît aux recruteurs, même s’ils font partie intégrante des codes des nouvelles générations. Dans l'esprit d'un employeur, fût-il jeune, ou qu'il s'agisse d'un recrutement en start-up, il n’est ni professionnel, ni sérieux, de se présenter à un entretien de recrutement avec un objet sur le visage.

6 – Vous êtes mal rasé

Vous allez rire, mais il est fréquent de voir des candidats très mal rasé arriver comme un fleur en entretien. Ne vous montrez pas avec une barbe naissante au motif que c’est la mode ! Vous avez le choix : portez une barbe entretenue avec soins ou être rasé de près, l'entre deux n'est pas supporté par les recruteurs. Les décisionnaires en matière de recrutement ne font pas encore partie de la catégorie des gens auprès desquels une barbe naissante fait branché.

7 – Vos prétentions de salaire sont inadaptées

Actuellement, nous sommes dans une période baissière où les salaires stagnent dans le meilleur des cas. Il n'est pas rare d'être amené à postuler à un emploi pour 35K alors que l'on sort d’un poste  à 45K. Ne parlez pas trop de cet écart au recruteur, ou faites le très habillement, avec subtilité et tact pour ne pas le froisser car il est comme vous, il aimerait proposer mieux pour vendre le poste à des profils encore plus pointu que vous...

 

Recruteurs, employés et employeurs sont très diserts sur les rémunérations consenties en ce moment parce qu'elles baissent. Il convient également de ne pas laissez penser à votre futur employeur que vous avez vécu au-dessus de vos moyens dans votre précédent poste. Prenez le poste à 35K et vous aurez au moins le privilège de sortir des effectifs du Pôle Emploi.

 

Et si vous souhaitez vraiment garder le même salaire, mais que le recruteur persiste sur sa proposition, c'est que votre CV n'est pas adapté au poste, ou alors que le recruteur n'a pas saisie votre valeur ajoutée... Avec vous pendant l'entretien, mais aussi sur votre CV !

CV au pole-mploi

8 – Votre profil est surdimensionné

Soyez réaliste dans vos candidatures en réponse à annonce : vous ne serez pas recruté, ni même appelé pour un entretien d'embauche si vous avez 10 ans d’expérience et avez exercé des responsabilités alors que le poste à pourvoir s’adresse à un jeune diplômé ! Les postes pour les juniors restent des postes pour débutants. Vous ne ferez que faire perdre son temps à un employeur. Bien sûr vous pouvez être au bord du désespoir et décidé à tout tenter, quitte à diviser votre salaire par 2 ou 3, mais il vaudra alors mieux créer votre propre entreprise que de postuler pour des emplois pour lesquels vous êtes surdimensionné. Sur ce point en particulier, le Pôle-Emploi est bien pourvu en conseil et en diagnostics.

 

Voir des personnes d’expérience postuler à un stage ne fait pas décrocher le téléphone à l’employeur, bien au contraire... Et ce pour de nombreuses raisons : ces candidats partiront dès qu’ils auront trouvé un meilleur poste et ne seront pas rester suffisamment longtemps pour avoir été productif et avoir réellement contribué aux progrès de l’entreprise.

 

De plus, les recruteurs savent bien qu'ils seront compliqués à manager et pourraient même mettre l’équipe en danger. Ne vous fatiguez pas à candidater pour des jobs qui ne vous concernent plus.

9 – Vous êtes un serial candidat

"J’ai commis l’erreur lors d'un recrutement de placer une annonce sur l'un des principaux sites emploi ; grossière erreur. J’ai reçu les candidatures les plus singulières, y compris avec aucune des compétences demandées ». La règle d’or est de posséder à minima 80% des qualifications et compétences demandées pour postuler, sinon, votre CV partira à la poubelle et ne sera même pas intégré à la CVthèque de l'employeur.

10 – Votre fonction est en voie de disparition ou de délocalisation

Vous n’allez probablement pas trouver beaucoup de poste à pourvoir dans certains secteurs spécifiques en crise temporaire ou permanente (industrie lourde, extraction, textile, etc.). Bien des métiers et des industries ont disparu pour porter le marché de l'emploi vers des activités du tertière.

 

Certaines tâches sont désormais prises en charge par des robots ou par les clients qui insèrent eux-mêmes la pompe dans leur réservoir d'essence... Même en informatique, certains postes commencent à être délocalisé en Inde, au Costa-Rica ou au Maghreb...

 

Concernant d'autres métiers, ces tâches sont ajoutées dans la fiche de poste des employés car certaines autres missions sont effectuées automatiquement. Il est probablement temps pour vous de vous orienter vers un autre métier, de prendre une formation continue ou de changer de secteur d’activité.

 

Il vous faudra alors envoyer beaucoup de CV pour obtenir des entretiens car le changement de secteur d'activité nécessite un peu plus de travail de recherche d'emploi que la recherche d'un nouveau job dans le même secteur.

11 – Parraissez-vous déprimé

pole-emploiNombreuses sont les personnes licenciées, n'ayant pas retrouvé d'emploi dans la foulée qui ont recours à des antidépresseurs. Prenez-les si vous en avez besoin, mais faites bien attention au type de médication et à sa posologie ! Ne pas avoir le sourire est "normal" durant la période où vous êtes sans emploi. Mais si vous persistez à être d’humeur maussade, si vous êtes démotivé et que vous souffrez d’insomnies, prenez rapidement rendez-vous avec votre médecin.

12 – Suivez-vous bien les recommandations des employeurs avant de postuler ?

Si le site web de l'employeur vous demande une lettre de motivation à côté de votre CV qui explique pourquoi, après avoir consulté le site de l’entreprise, vous souhaitez postuler, alors vous devez la lui fournir, sous peine d'un refus arbitraire, mais justifié, de votre candidature.

 

Très peu de candidats se plient à ce type de demande qui n’est pourtant pas si compliquée à suivre ! Effectuez tout ce qui vous est demandé dans l’annonce ou par le cabinet de recrutement, cela prouvera votre motivation et indiquera aux recruteurs que voter CV vaut la peine d'être analysé avec précision. (sans quoi, dites-vos bien que le temps moyen de consultation d'un CV est de 6 secondes !) Si vous ne faites pas lors de votre recrutement ce que l'employeur vous demande, pour quelle raison feriez-vous plus tard ce que votre manager potentiel vous demandera ?

 

13 – Auriez-vous oublié une étape du processus de recrutement ?

Il y a quelques mois, j'avais demandé à une candidate qui m’intéressait de venir à l’un de mes événements marketing pour rencontrer mes clients. Elle m'avais répondu qu’elle ne pouvait pas se libérer mais que néanmoins elle était toujours intéressée par le poste. Or cet événement était la phase décisive avant le choix final, la décision concernant les candidats en short-list allait être prise suite à cet événement... Cette candidate m'avait expliqué auparavant que cela faisait 2 ans qu’elle cherchait à changer de poste ; je compris alors pourquoi tant de temps s'était écoulé malgré ses qualités et ses compétences indéniables.

14 – Êtes-vous un moulin à parole ?

Il peut arriver que certains candidats extravertis parlent tellement, qu’ils ratent l’opportunité présentée : pensez à vous taire, un silence, même gêné, vaut parfois mieux que de raconter des sottises ou de parler dans le vent.Même un commercial, doit savoir se taire pour écouter... Une bonne vendeuse aura indiqué sur un son CV de vendeuse son sens de l'écoute... il s'agit de le respecter en entretien !

15 – Vos réponses sont-elles assez claires ?

Si l'on vous pose une question embarrassante en entretien d'embauche, répondez-y clairement, avec conviction et simplicité. Ne fuyez pas, ne donnez pas des réponses toutes faites.

 

candidature spontanée

Préparez les réponses aux questions standards, habituelles sur les défauts et les qualités.  80% des recruteurs la pose encore, soit pour meubler, soit parce que la politique interne de l'entreprises les y oblige, soit pour voir la façon dont vous y répondez, et non ce que vous répondez...

 

Et 'oubliez pas qu'avec une candidature spontanée à la base de votre entretien d'embauche, vous aurez beaucoup moins de mal à justifier de votre motivation auprès du recruteur puisque vous la lui avez prouvée avec votre candidature pro-active.

16 – Communiquez simplement

Vous devez aussi évitez que le recruteur vous "tire les vers du nez". Ce point rejoint le précédent : vous devez répondre aux questions, même si les réponses que vous apportez ne sont pas celles que le recruteur à visiblement envie d'entendre, vous devez être honnête et direct, un mauvais point dans l'entretien sera alors à moitié pardonné si la réponse est limpide et ne souffre d'aucune hésitation.

17 – Vous n’êtes pas préparé à l’entretien

En concurrence avec un candidat parfaitement préparé, vous perdrez gros à ne pas être préparé. Ne soyez pas avare et faites les efforts nécessaires avant l'entretien : renseignez-vous sur l'entreprise ET le recruteur ! lisez attentivement le site web de l'employeur et regarder le parcours du recruteur sur les réseaux sociaux...

 

Vous pouvez aussi décider de vous faire aider par un coach qui vous préparera à vos entretiens de recrutement, à réseauter, à accéder au marché caché. votre coach de carrière se doit d'être honnête, sérieux et reconnu pour être efficace. Soyez prudent, renseignez-vous, mais cela vaut le coup.

 

 

Maintenant, si avec tous ces conseils, vous êtes toujours chez Pôle-Emploi d'ici quelques semaines, c'est que vous avez sans doute des choses à revoir dans votre CV ou votre lettre de motivation en plus de l'entretien. Nous pouvons aussi vous aider sur ces sujets, notamment dans cet article concernant l'optimisation de CV et celui-ci sur la lettre de motivation.

  
Share this Post: