Interim et handicap

Interim et handicap peuvent faire bon ménage et peuvent tout à fait être compatibles, même si le travail temporaire s'adresse plutôt aux travailleurs handicapés n'ayant pas besoin d'adaptation de leur poste.

Plus de 18 000 travailleurs handicapés trouvent un emploi en interim tous les ans.  On peut donc affirmer sans se tromper que interim et handicap s'associent donc très bien !

 

interim et handicapPour donner un ordre de grandeur, 70 000 CDD et CDI ont été signé avec l'appui des Cap emploi, en 2013, selon l'Agefiph. Le travail temporaire constitue donc une réelle porte d'entrée vers l'emploi pour les travailleurs en situation de handicap. Surtout, mais pas exclusivement, pour les plus réactifs !

 

Ce que nous vous proposons, c'est d'être non seulement réactif, mais aussi pro-actif, en envoyant votre CV en candidature spontanée à des dizaines d'agences d'interim (parfois des centaines) avec notre moteur d'envoi de CV en candidature spontanée ciblée.

Pour travailler dans l'interim et étant handicapé, il faut être opérationnel tout de suite !

Les entreprises recourent en effet à l'interim parce qu'elle ont besoin de recruter rapidement un salarié immédiatement opérationnel.

 

Les agences d'emploi privilégient donc les candidats ayant déjà des compétences mobilisables tout de suite (déjà formés, expérimentés, etc.). de plus, l'interim n'est pas adapté, sauf exceptions, aux travailleurs dont le handicap suppose un aménagement du poste de travail.

 

"Dans le cas de missions longues, l'adaptation peut être plus facilement envisagées", précise Laura Dulong, en charge du handicap interimaires et clients pour Manpower. "Idem en cas de recrutement en CDD et CDI, une partie de notre activité. Ou lorsque nous accompagnons une entreprise dans la mise en oeuvre de sa politique handicap."

 

interim et handicap en fauteuil"La principale plus-value d'une agences d'interim handicap ? ¨Proposer des missions adaptées aux capacités de leurs intérimaires handicapés. "Nous conseillons donc aux candidats d'être transparents avec leur conseiller : peuvent-ils travailler debout ? quelle charge peuvent-il suporter ? etc." souligne Roland Lafont, responsable égalité des chances pour Adecco France. "Nous pouvons ainsi faciliter leur intégration das l'entreprise. Mais nous nous adaptons au cas par cas, en fonction de ce que la personnes possédant une RQTH souhaite communiquer sur son handicap."

Interim et handicap : pourquoi pas une formation ou une alternance ?

Par ailleurs, les agences offrent aux intérimaires la possibiité de suivre des formations, de courtes durée - logiciel, sécurité, etc. - ou au long cours. Certains groupes d'interim - ADecco, Manpower, Randstad... - mettent notamment en place des parcours d'alternance, ouverts, voire dédiés, aux travailleurs en situation de handicap.

 

Adecco par exemple, a démarré cette année une formation de gestionnaire de paie pour deux groupe de huit à dix personnes handicapées. Chacune a signé un contrat de professionnalisation de sept mois, appelé à être transformé en CDD ou CDI au sein de l'entreprise d'accueil partenaire. "cette offre n'était pas seulement réservée à nos intérimaires" précise Roland. "Nous l'avons largement diffusé. Nous n'avions aucun critère de diplôme ou d'expérience. De plus, la longue durée du contrat permettait, si nécessaire, d'adapter le poste de travail." Une formation vraiment pour tous !

Bon a savoir quand on est en interim :

Lorsque vous êtes envoyé en mission au sein d’une entreprise, vous avez les mêmes droits que les autres salariés (par exemple, des titres restaurant). Vous avez également droit à des congés, mais les missions d’intérim étant souvent de courte durée, vous n’aurez peut-être pas le temps de les prendre. Dans ce cas, ils vous seront payés.

 

Le salaire que vous touchez est calculé en fonction du poste que vous occupez, de votre temps de travail et de la convention collective de l’entreprise. En fin de mission, vous recevez une indemnité, soit 10% de votre salaire brut.

 

La loi au secours de l'interim et du handicap

interim et rqthPour les personnes valides comme pour les travailleurs en situation de handicap, le travail temporaire peut-être un moyen de multiplier les expériences professionnelles mais aussi de trouver un emploi durable. D’autant plus qu’après une période économique rude et des chiffres de placement en berne, le secteur reprend du poil de la bête. La crise a bien évidement impacté le monde de l’intérim mais on constate une reprise, notamment dans les métiers de l’industrie... A bon entendeur !

 

Les entreprises restent de tout même assez frileuses, soyons honnête. Mais paradoxalement, en ce qui concerne le placement des personnes en situation de handicap, les conséquences de la mauvaise situation économique ont été moins importantes. Aujourd’hui, la tendance est clairement à la hausse.

 

L’impact a été moins violent, d’une part grâce aux obligations d’emploi imposées par la loi et d’autre part grâce aux actions mises en place par les agences d’intérim autour du handicap.

 

Maintenant qu'elle sont organisée, vous pouvez leur transmettre votre CV par mail, avec notre moteur d'envoi de CV à des dizaines de recruteurs, en sélectionnant interim dans le moteur de recherche !

 

Accompagner, mais pas trop…

Pour les entreprises de travail temporaire, l’accompagnement des candidats handicapés se résume en deux principes: les épauler pour répondre aux besoins liés à leur handicap et ne pas les stigmatiser en apportant un accompagnement trop spécifique. Un travailleur handicapé est un travailleur comme les autres. Ce sont des candidats avant d’être des personnes en situation de handicap. Il faut donc s’axer sur les compétences, tout en prenant en compte les besoins spécifiques.

 

Ainsi, les actions en faveur des candidats en situation de handicap se déclinent de manière différente. Ranstad a, par exemple, lancé i y a quelques année déjà un réseau d’agences référentes sur le handicap. Ces agences (une soixantaine à ce jour) sont toutes dotées d’équipements spéciaux, tels que des logiciels informatiques permettant aux malvoyants de consulter les offres d’emploi. Présent sur tout le territoire français, ce réseau a pour objectif de délocaliser la politique centrale pour favoriser l’accès à l’emploi des travailleurs handicapés.

 

Concrètement, ce réseau est composé d’agences volontaires représentant tous types de secteurs. Celles-ci sont souvent situées dans des grandes agglomérations. Chaque candidat étant unique, chaque réponse se doit d’être individuelle. Adia Souhaite par ailleurs, démultiplier les actions de sensibilisation des entreprises grâce à ce réseaux.

 

L’entreprise Adecco a quant à elle créé un « Espace Emploi Handicap & Compétences » à Paris en février 2010. « Il s’agit d’un centre de ressources en complément de l'action de proximité (des référents handicap sont présents dans les régions). Il informe les candidats et conseille également les entreprises sur les questions liées aux handicaps. Objectif : concentrer l’expertise en un lieu. L’ambition est de mettre en place un dispositif qui permette d’assurer un accompagnement auprès des personnes en situation de handicap. Il s’agit de proposer un parcours professionnel établi en fonction des compétences et des attentes du candidat ainsi que des attentes et des propositions des entreprises clientes.

 

L’importance de la formation

Bien évidement, les entreprises de travail temporaire et de recrutement offrent la possibilité d’effectuer des formations. Et la formation en alternance est très importante car c’est un véritable levier d’accès à l’emploi et elle permet de réduire le décalage entre les attentes des recruteurs et les compétences des travailleurs handicapés. il faut notamment s'appuyer sur le recours au contrat d'insertion professionnelle intérimaire (CIPI) qui est une formation courte.

 

L’entreprise Manpower a pour sa part signé un accord avec ses partenaires sociaux dès fin 2009, portant à la fois sur le personnel intérimaire et sur les permanents. Dans le cadre de cet accord, l’Amih (L’Agence nationale Manpower Insertion, Handicap) a été créée. Cette structure nationale basée au siège concentre plusieurs missions : accompagnement des personnes victimes d'un accident grave du travail, des publics seniors et recherche de solutions de logement. L’intérim peut bien évidement être une solution pour l’intégration professionnelle des personnes handicapées à long terme. Pour les personnes en situation de handicap qui doivent passer par une reconversion professionnelle, l’intérim permet de tester ses compétences et de se familiariser avec un nouvel environnement.

 

Rappel des obligations des entreprises en matière de handicap, interim ou non...

Les entreprises doivent effectuer un calcul annuel du cumul des unités bénéficiaires que l’employeur fera valoir sur sa Déclaration Obligatoire d’Emploi des Travailleurs Handicapés (DOETH). Il existe bien entendu des services et même des entreprises spécifiques pour ce type de déclaration, qui sont en principe complémentaires aux Entreprises Adaptées, aux Etablissements et Service d’Aide par le Travail (ESAT) et aux autres agences d’intérim.

 

Lorsque l’entreprise bénéficie de la moitié de son obligation par le biais du milieu protégé, Certains organismes peuvent venir en complément à hauteur des autres 50% d’unités. Les ETTI, bénéficient d’un agrément de la DIRECCTE (Direction Régionale des Entreprises, de la Concurrence, de la Consommation, du Travail et de l’Emploi) et signent fréquemment des partenariats avec Cap emploi, dont l’objectif est de favoriser l’embauche des personnes handicapées dont ils ont la charge. Ces organismes relayent également vers le SAMETH les problématiques de maintien dans l’emploi détectées en entreprise, ou vers Alther si l’entreprise souhaite engager un diagnostic de situation sur ce sujet.

 

En résumé sur l'interim et le handicap

L'intérim d'insertion est utilisé de plus en plus souvent pour les personnes handicapées. C'est en effet bon un moyen pour eux de se faire connaître des entreprises, et un bon moyen pour les entreprises de trouver un profil adapté.

 

Les principales agences d'intérim ont signé une convention avec l'Agefiph au travers de laquelle elles s'engagent notamment à proposer aux candidats handicapés un accueil personnalisé et à leur proposer des missions tenant compte de leurs compétences et de leur handicap. Pour l'employeur, l'intérim permet de se familiariser sans risque avec le handicap. Nombreuses missions intérimaires débouchent sur des CDD ou CDI.

 

Cependant le  devenir professionnel des intérimaires handicapés est aujourd’hui mal connu. 50% poursuivraient leur parcours professionnel en CDD ou CDI (ce chiffre est estimé à 30% pour l’ensemble des intérimaires)

 

Certaines agences généralistes ont mis en place des partenariats avec des organismes spécialisés AGEFIPH, ADAPT afin de proposer des parcours de formation et des stages de qualifications dans des organismes de formation. (Adia, Manpower, Adecco Initiative emploi, Vediorbis… Kelly Services, Crit interim, Creyf's interim, etc.)

Enfin, certaines agences sont spécialisées exclusivement sur le handicap.

Certaines associations, venant en aide aux personnes handicapées et à leurs proches proposent aussi des services d’accompagnement vers l’emploi (APF, ADAPT…), GIHP.

 

La mission d’intérim démystifie le handicap dans l’entreprise. Grâce aux missions temporaires, les managers peuvent s’essayer à la collaboration avec un travailleur RQTH et se libérer ainsi de tous stéréotypes. L’insertion professionnelle des personnes en situation de handicap reste un combat quotidien. Bien que les enjeux soient globalement compris, beaucoup de barrières restent à franchir.

 
Share this Post: